Science et croyance

“Moi, monsieur, je crois en la science”.  Cette parole de journaliste de plateau télévision rapprochant l’univers de la croyance et celui de la science  est troublant et tient de l’oxymore. Le verbe “croire” est rarement utilisé en mathématiques. Si quelqu’un affirme “je crois que la conjecture de Goldbach est vraie” (c’est-à-dire que tout nombre pair est la somme de deux nombres premiers), cette phrase n’a aucune valeur mathématique car personne n’a jamais démontré ni que cette assertion est vraie, ni qu’elle est fausse.

Science et pseudo-science

Karl Popper (1902-1994)

Quand l’astronomie est une science, l’astrologie est une pseudo-science. De même, la chimie est une science et l’alchimie une pseudo-science. Dans chaque cas particulier, on peut distinguer science et pseudo-science mais quel est le critère permettant de distinguer les deux ?

Pour Karl Popper, la distinction est la réfutabilité. Une science est réfutable, une pseudo-science ne l’est pas. Prenons l’astronomie et le mouvement des objets célestes. Les lois de l’astronomie donnent la position de la Lune (par exemple) à un instant donné. Cette position est facile à vérifier donc à réfuter si elle est fausse.

Le cas de l’horoscope

Les astrologues utilisent des données scientifiques ce qui donne à l’astrologie une allure de science, mais ce n’est en rien une science ! Si deux personnes partagent les mêmes données, elles ont le même horoscope et sans doute pas le même avenir.

L’article Science et croyance est apparu en premier sur MATH'MONDE, le blog d'Hervé LEHNING, agrégé de mathématiques .