Shadow glyphs

Attention, pépite!

Stéphane Robert m’a envoyé ce jeu. Je l’avais conservé à la maison car ma fille voulait l’essayer, et j’ai bien fait : il fera partie des nouveautés de la ludothèque de l’année prochaine, en guest star. C’est un jeu simple, qui fait cogiter, où les rétroactions sont possibles, que l’on peut jouer ponctuellement ou de façon continue grâce au mode aventure, avec des objets magiques à gagner pour soutenir la quête. Shadow Glyphs se joue seul, mais on a le droit de demander de l’aide à un ami… ou à son mari ! Le jeu est édité par LogiQuest et distribué par Asmodée.

Le contenu de la boîte de jeu

Il s’agit de placer des blocs de façon à voir, une fois la lumière du mini projecteur allumée, la forme dessinée sur la carte glissée dans le support. J’ai démarré avec la carte 1 :

Alors personnellement, j’ai galéré comme une malade. J’ai rapidement compris que ce bloc était nécessaire, mais j’ai déjà dû allumer la lumière pour m’assurer qu’il était sur la bonne rangée : un moment d’appropriation du cône lumineux, des déformations induites, est nécessaire.

Ensuite, je ne savais vraiment pas quoi faire, jusqu’à ce que je lise mieux les règles du jeu et que j’identifie les blocs nécessaires, qui figurent en haut à droite de la carte. Tout de suite, je me suis sentie mieux… Cependant, j’ai dû me corriger car je m’étais trompée de rangée, toujours à cause d’une mauvaise anticipation du cône de lumière, que j’imaginais différemment. C’est avec la lumière allumée que j’ai déplacé la pièce la plus près de moi : je pensais qu’elle serait entièrement occultée par la pièce de la rangée 2, mais non !

Conclusion : un jeu très simple, rapide à expliquer, qui permet de travailler les projections, les alignement, les anamorphoses. Faire verbaliser les essais-erreurs est à mon avis très intéressant avec des élèves. Génial, quoi.

Merci encore, Stéphane !!!

Site du blogIntégralité de l’article