A demain.

13 novembre 2018 Aucun commentaire sur A demain.

Mots de réunions parents-élèves-profs pour élèves qui tanguent : On croit en toi. J’aimerais bien comprendre. Dis-nous ce que tu as sur le coeur. Tu es si silencieux. Pourquoi ? Ce n’est pas grave de pleurer. Tu m’intéresses. Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider ? Et toi, qu’est-ce que tu peux faire pour m’aider à te faire progresser, tu crois ? Explique-moi. Tu as le droit de ne pas trouver les cours passionnants. C’est pour toi qu’on est là. Ensemble, on va trouver des solutions. Si toi tu veux bien. Ca suffit maintenant. Pourquoi ? Regarde-moi. Regarde-moi. Si tu ne me respectes pas, ce n’est pas possible. Tu n’es pas obligé de me dire, je ne veux pas être indiscrète. Je n’avais jamais vu ce beau sourire, ça fait plaisir. Calme-toi. Respire. Je ne t’en veux pas. Pourquoi cherches-tu à me provoquer ? J’aimerais bien te féliciter pour tes progrès, bientôt. Demain ? Site du blog – Intégralité de l’article

De retour au bistrot des sixièmes

12 novembre 2018 Aucun commentaire sur De retour au bistrot des sixièmes

Rien de nouveau dans cet article, juste un rappel d’une activité qui fonctionne vraiment bien et que j’ai menée aujourd’hui avec mes élèves de sixième : le bistrot des sixièmes. Voici donc un plan de séance détaillé et efficace, testé et approuvé, et que j’adore animer. Nous nous retrouvons en salle info. Les élèves s’installent aux tables au milieu de la salle, sans ordi. Je leur explique pourquoi nous sommes là : nous allons faire des maths au travers d’un tableur, un logiciel que nous allons découvrir ensemble. Le but est de découvrir ce type de logiciel, quels avantages il présente, et de retenir le vocabulaire associé et quelques premières règles d’utilisation. Je distribue les deux documents ci-dessous : Les élèves ont pour consigne d’étudier quelques minutes les deux documents, silencieusement, pour ensuite pouvoir les décrire et expliquer aux autres quelles informations on trouve dedans. Après cette réflexion silencieuse, les élèves sont comme des puces sauteuses sur leur chaise : ils trouvent ça très rigolo et ils veulent tous raconter. Alors ils racontent : il y a un menu, le menu d’un restaurant que nous imaginons tenir ensemble, et les mets proposés sont des mets mathématiques. Des élèves lisent à

Le communiqué de l’APMEP sur les repères de progressivité

11 novembre 2018 Aucun commentaire sur Le communiqué de l’APMEP sur les repères de progressivité

L’APMEP a publié un communiqué des commissions Premier degré et Collège de l’APME, réunies lors des Journées nationales 2018 à Bordeaux. Dans ce texte équilibré et constructif, l’ « APMEP demande au ministre de l’Éducation nationale de retirer immédiatement, purement et simplement ces repères de progressions du cycle 2 à la fin du cycle 3 et de faire enfin confiance aux enseignants afin de leur permettre, en équipes de cycles, de définir les progressions et programmations des enseignements adaptés aux élèves dont ils ont, et eux seuls, la charge. En ce qui concerne les repères de progression au cycle 4 qui, fort heureusement, ne sont pas rédigés par période, nous demandons qu’ils ne soient pas prescriptifs mais indicatifs. Ceci permettrait de respecter le principe de cycle défini par le programme. » L’affiche de l’année prochaine Site du blog – Intégralité de l’article

Plus de vingt ans qu’on sait tout ça.

11 novembre 2018 Aucun commentaire sur Plus de vingt ans qu’on sait tout ça.

Un article de septembre dernier à lire sur Innovation éducation Lab propose une synthèse des résultats de la recherche britannique de ces vingt dernières années quant à l’évaluation. Cette lecture tombe à pic après une conversation de salle des profs il y a quelques jours. Extraits : « L’ensemble de ces études mena aux conclusions suivantes : le travail d’évaluation formative génère de nouvelles façons de mettre en valeur le retour d’information (feedback) entre l’enseignant et les élèves, ce qui nécessite de nouvelles pratiques pédagogiques et des changements significatifs dans la classe l’engagement actif des élèves dans les apprentissages garantit leur efficacité l’évaluation n’est formative que si les résultats sont utilisés par les enseignants pour ajuster leur enseignement aux apprentissages des élèves la manière dont est utilisée l’évaluation affecte la motivation et l’estime de soi des élèves, elle est bénéfique quand ceux-ci sont engagés dans une procédure d’auto-évaluation L’évaluation sommative et la notation nuisent à la motivation des élèves Les évaluations, particulièrement lorsque les résultats relèvent d’enjeux importants, créent une bonne raison d’apprendre. Mais cette raison se limite, pour la majorité des élèves, à atteindre le niveau nécessaire pour obtenir la note ou réussir à l’examen. Les élèves qui parviennent à se

Qui d’autre que l’enseignant…?

11 novembre 2018 Aucun commentaire sur Qui d’autre que l’enseignant…?

Dans l’Expresso du 6 novembre dernier, Joël Briand, maître de conférences en mathématiques, formateur, s’exprime sur la place de la recherche sur l’enseignement des mathématiques et sur ce qui se dit de la place de la manipulation dans l’activité mathématique ces temps-ci. Sur la place de la recherche sur l’enseignement des mathématiques, Joël Briand formule une question très simple et directe :  » Pourquoi accepter que le nouveau  Conseil Scientifique de l’Education Nationale soit privé des « chercheurs en pédagogie des mathématiques » (et d’autres disciplines) et fasse une large place aux seules « neuro sciences » ?  »  En effet, on se prive de ressources ô combien précieuses, et on s’engage dans des voies parfois scientifiquement incertaines. Sur la place de la manipulation dans l’activité mathématique, monsieur Briand part d’un questionnement sur la « méthode de Singapour » : « pourquoi le succès de cette entreprise de marchandisation d’une méthode ? Qu’est-ce qui fait que des enseignants investis dans leur travail croient se reconnaître dans cette offre ? Qu’est-ce que les chercheurs, les formateurs n’ont pas réussi à « faire passer » aux professeurs des écoles au cours des années passées ?« . Avec un très beau respect pour le travail de chacun et

Pauvreté et ségrégation scolaire, ça suffit : ATD Quart-Monde

11 novembre 2018 Aucun commentaire sur Pauvreté et ségrégation scolaire, ça suffit : ATD Quart-Monde

ATD Quart-Monde a publié une tribune ici, intitulée « Pauvreté et ségrégation scolaire, ça suffit ! » La liste des signataires est impressionnante. Je vous invite à aller lire cette tribune sur le site d’ADT. Mais quand même, je le reproduis aussi ici. Pour rappel, ADT signifie Agir Tous pour la Dignité, et leur site propose les soutiens et adhésions en ligne. Nous, Mouvement ATD Quart Monde, syndicats d’enseignants, fédérations de parents d’élèves, Mouvements pédagogiques, constatons que beaucoup d’enfants de familles en situation de grande pauvreté suivent une scolarité qui ne leur permet pas de devenir des citoyens à égalité de droits avec les autres. Cette injustice peut être combattue et l’école a la possibilité d’y jouer un rôle important. Nous lançons un appel pour que des écoles et des collèges construisent des projets dans ce sens. Le constat Nous le savons, au-delà des apparences, tous les enfants de France ne suivent pas jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire, un parcours identique. Parallèlement au cursus le plus courant, il existe l’enseignement adapté (SEGPA par exemple) pour les enfants « présentant des difficultés d’apprentissage graves et durables » et l’enseignement spécialisé (ULIS, IME, ITEP…) pour les enfants en situation de handicap. Les enseignements adaptés

Des pommes en capsules

11 novembre 2018 Aucun commentaire sur Des pommes en capsules

Sur le site de l’académie de Poitiers, j’ai découvert le beau travail de deux prof de maths, monsieur Halpern-Herla et monsieur Chenièvre. Ils ont mis en ligne près de 900 capsules vidéo (900!!!!!) qui couvrent les programmes de première et terminale S, mais aussi quelques thèmes de cycle 4. Le cycle 4 devrait s’enrichir cette année, et c’est une bonne nouvelle, car elles sont très bien, ces capsules. Sur leur site, qui rencontre à juste titre un grand succès, on trouve aussi des rappels de leçon, des exercices, des tutoriels pour utiliser la calculatrice ou pour programmer, etc. Site du blog – Intégralité de l’article

La tête dans les étoiles, mais pas les pieds sur Terre ?

10 novembre 2018 Aucun commentaire sur La tête dans les étoiles, mais pas les pieds sur Terre ?

Hier, en rentrant d’une journée de travail bien remplie, j’écoutais l’émission de France Inter L’heure Bleue. Jean-Pierre Luminet, astrophysicien, conférencier, écrivain, spécialiste des trous noirs et de la cosmologie, a bien vite capté mon attention : son propos était accessible et clair, et le sujet passionnant. Quelqu’un doué ainsi de multiples talents ne peut que forcer mon respect. Jusqu’à ce passage : https://pierrickauger.files.wordpress.com/2018/11/solaire-jean-pierre-luminet.mp3 Aaaaaah, mais enfin monsieur Luminet, qu’est-ce qui vous a pris de dire des bêtises pareilles (avec tout le respect que je vous dois, naturellement) ??? Pensez-vous sincèrement qu’à l’école les enseignants cherchent à formater les élèves, à « écouter béatement » notre parole ? Elle est bien bonne, celle-là. Nos élèves, nous leur apprenons avant tout à réfléchir par eux-mêmes, à se poser librement des questions et à trouver des ressources pour y répondre, et oui, nous leur enseignons aussi à douter, y compris de nous, de façon réfléchie, avec bienveillance. Non mais là, vraiment, ça m’a tout énervé. Ce n’est pas bien, de répandre ces idées faciles et erronées. Groupmf. Monsieur Luminet, si ça vous dit, venez nous voir. Venez en classe. Vous nous parlerez de cosmologie, et sans l’ombre d’un doute vous passionnerez mes petits élèves. Mais vous

Mille et une façon d’être prof

10 novembre 2018 Aucun commentaire sur Mille et une façon d’être prof

Guillaume Caron m’a permis de lire ce document, ce matin : Cette lecture m’a beaucoup intéressée, et beaucoup interrogée aussi. Les paroles de l’enseignante suivie, F., sont un excellent support de réflexion par leur franchise et leur clarté. Mais je trouve le titre mal choisi, même s’il s’achève par un point d’interrogation : le problème décrit n’est pas, à mon sens, celui de deux métiers différents, enseignant en lycée ou enseignant en collège, mais celui du public enseigné. Cette enseignante est passée d’un lycée dans lequel le climat scolaire semblait la satisfaire à un établissement en éducation prioritaire, dans lequel F. se heurte à des difficultés de discipline. Selon moi il y a là une confusion qui va dans le sens d’idées préconçues que j’ai souvent rencontrées, chez les enseignants et chez les stagiaires : on enseigne des « vraies maths » en lycée, et en collège, hé bien c’est moins sérieux ou moins consistant. Or, je ne suis pas du tout d’accord. Mon parcours professionnel m’a amenée à enseigner dans des établissements très divers pendant mes années de TZR. Ensuite, j’ai enseigné plus de dix ans dans un lycée ECLAIR, puis en collège, hors éducation prioritaire. Alors oui, la façon d’assurer