Carolyn Bertozzi, Nobel 2022, met sa chimie au service de la santé

« Des choses un peu folles », voilà comment Carolyn Bertozzi, tout juste récompensée d’un prix Nobel, qualifie ce à quoi elle a consacré sa carrière. « Faire de la chimie dans les cellules et les gens. »
Au départ, cette professeure à Stanford, en Californie, cherchait juste à pouvoir observer l’évolution de certaines molécules à la surface de cellules cancéreuses.

La grippe aviaire n’a pas pris de vacances, automne sous tension dans les élevages

Pas de répit pour les éleveurs de volailles: les ravages de la grippe aviaire dans la faune sauvage font peser une lourde menace sur des exploitations qui n’ont pas eu le temps de digérer l’épisode précédent.
« Tout le monde est en alerte maximale », a déclaré Yves-Marie Beaudet, président de l’interprofession de l’oeuf (CNPO), mercredi lors d’une conférence de presse.
Les professionnels de la volaille sont encore sonnés par l’épisode d’influenza aviaire hautement pathogène (couramment appelée grippe aviaire) de l’hiver et du printemps dernier.

Code en bois : première expérimentation

Mardi, j’ai déployé les deux mallettes de Code en bois que le collège a commandées. J’en avais parlé ici, déjà. J’ai testé, pour le moment, dans deux classes de quatrième, en demi-classes, et dans deux classes de cinquième. La semaine prochaine, je déploie dans ma troisième classe de quatrième et en sixième.

Le bilan est franchement positif : mes élèves ont appris des choses, savent identifier ce qu’ils ont appris, et l’activité s’est vraiment bien passée. Mais allons plus loin dans l’analyse.

L’organisation

J’ai présenté l’activité comme expérimentale, précisé que le matériel était loué par le collège et donné des consignes assez précises d’utilisation. Les élèves se sont organisés par groupes, de deux à quatre élèves, constitués selon leur choix. Chaque groupe a reçu en prime un Playmobil pour pouvoir tester son programme en simulant les déplacements et les rotations, ce qui a aidé considérablement les élèves.

J’avais préparé les défis reproduits sur papier pour les élèves. En principe on ne procède pas ainsi, mais je ne pouvais pas me résoudre à obliger tout le monde à avancer au même rythme. Je préfère vraiment leur faire confiance : que les plus anxieux, en difficulté ou en besoin de prendre le temps de vérifier et revérifier puissent le faire, et que les élèves experts carburent. J’ai bien fait, car deux groupes ont fini tout le livret en une séance… Alors que d’autres élèves sont arrivés au deuxième défi du niveau bleu. Ils ont tous super bien travaillé, en tout cas.

J’ai prévu une deuxième séance, qui sera close par une évaluation individuelle sur papier, mais complètement appuyée sur le dispositif Code en bois.

Pour les demi-classes, j’aurais pu gérer toute seule. Pour les classes entières, je n’aurais pas pu, ou pas bien : avec 8 groupes à aller voir, tous très demandeurs, en donnant des coups de pouce pertinents, aurait été vraiment très sportif voire impossible, et épuisant. Or j’ai mené l’activité pendant si heures de la journée, et j’avais besoin, pour que les élèves travaillent bien, de rester alerte intellectuellement, physiquement, et sereine. Mais voilà : la veille, les enfants étaient à la maison, et deux de nos enfants, qui font des études scientifiques avec de l’informatique dedans, m’avaient proposé d’être là. Nous étions donc trois, et en plus j’étais accompagnée d’experts plus experts que moi… Mais qui connaissent mon style pédagogique par coeur… Ma cheffe avait validé tout ça bien comme il faut, et voilà. Le luxe, doublé du bonheur de travailler avec mes enfants et de les voir à l’oeuvre.

Evidemment, si on choisit de mener l’activité de façon plus dirigée, être seul ne pose pas de problème.

Belle ingéniosité pour réaliser une boucle infinie…

La présentation de l’activité

Nous avons résolu ensemble trois défis (les 1, 2 et 4 du premier niveau), pour faire comprendre les règles et les objectifs. Ca a été assez rapide. Les élèves ont posé des questions et ensuite se sont plongés dans l’activité en autonomie, avec autant d’enthousiasme que de sérieux. A chaque défi terminé ils nous appelaient pour valider, à chaque difficulté aussi, si elle constituait un blocage.

Les difficultés et les erreurs

Nous avons noté plusieurs difficultés récurrentes, de différents ordres :

  • Les élèves pensent peu à clore les « tant que » et les « si » ;
  • Ils ont au départ eu du mal à recourir à tant que PAS (condition) ; mais justement, c’est un des succès de l’activité : ils ont mieux compris vers quoi tendre et comment atteindre leur objectif ;
  • Les élèves utilisent sans souci des « sinon » dans avoir utilisé de « si » ;
  • Beaucoup d’élèves ont mélangé les « répéter » et les « tant que », en plaçant un compteur de répéter et une condition de tant que sur la même tuile. Mais je trouve pertinent de n’utiliser qu’une brique pour les deux commandes : cela oblige les élèves à y réfléchir et ils ont progressé ;
  • On voit un trésor quand on est sur sa case, parce qu’il est enfoui (ce qui n’est pas du tout rendu par l’illustration), alors qu’on voit un ennemi quand on est sur une case adjacente (si on est sur la case d’un ennemi, on a perdu). Ce n’est pas intuitif et cela a posé pas mal de difficultés ;
  • Les élèves ont utilisé « chemin D » comme « chemin devant » au lieu de « chemin droite », ce qui leur a parfois fait perdre du temps. Il faut penser à la préciser ;
  • Un défi (le 7 jaune) propose un tunnel obscur dont on ne connaît pas la longueur en nombre de cases. Mes élèves ont tous dégainé la règle et calculé le nombre de cases, par proportionnalité. Mieux vaudrait indiquer des pointillés en cours de tunnel, le pense, pour traduire qu’on ignore sa longueur. De même, les élève sont pensé qu’il pouvait y avoir des ennemis cachés dans l’ombre et ont réfléchi à une façon de les éliminer, ce qui par ailleurs était bien intéressant ;
  • Il a fallu préciser que pour donner quelque chose à un allié représenté dans un défi, il suffit de s’arrêter sur sa case.

Bilan du bilan

Je pense vraiment que cette activité permet de développer la réflexion algorithmique, l’inhibition et l’anticipation. Je vais évaluer et comparer par la suite les performances en programmation de mes élèves par rapport aux années précédentes, mais elles et eux l’ont formulé naturellement :

Vous nous avez fait faire ça pour qu’on soit obligé de comprendre ce qu’on fait ?

C’est bien comme truc madame, je fais pas n’importe quoi au pif comme ça.

J’ai été obligé de réfléchir. Et de faire l’ordinateur. Je veux dire, de réfléchir comme l’ordinateur.

Merci à Victor et Alice, qui ont permis un beau moment d’apprentissage et un beau moment tout court… Merci aussi au concepteur de Code en bois, qui me l’a fait découvrir, et merci aux élèves qui ont vraiment été super.

Site du blogIntégralité de l’article

Les magasins de jouets se lancent sur le marché de l’occasion

Des jouets d’occasion vendus aux côtés de jouets neufs: les magasins spécialisés commencent à faire une place dans leurs rayons aux figurines, jeux de société et puzzles de seconde main, jusqu’alors cantonnés aux sites de revente en ligne entre particuliers.
« Outre l’inflation, il y a une prise de conscience écoresponsable chez les consommateurs mais aussi dans la filière, car on ne peut pas dire que l’univers du jouet soit très bon élève en la matière, il y a beaucoup de plastique », souligne Patrick Jocteur Monrozier, directeur du pôle clients de King Jouets.
« On a ouvert le premier magasin King Okaz en mai et six autres ont suivi.

Sirop contre la toux indien: l’OMS ouvre une enquête après 66 décès d’enfants en Gambie

L’OMS a émis mercredi une alerte concernant quatre sirops contre la toux et le rhume produits par le laboratoire indien Maiden Pharmaceuticals qui pourraient avoir causé le décès de 66 enfants en Gambie et avoir été distribués dans d’autres pays.
C’est le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a lui-même annoncé l' »Alerte produit médical » lors de sa conférence de presse hebdomadaire sur les enjeux sanitaires dans le monde.
Les médicaments contaminés sont des sirops contre la toux et le rhume qui « pourraient avoir un lien avec des lésions rénales aiguës et le décès de 66 enfants », a-t-il indiqué.