Pourquoi les démissions d’enseignants ont-elles triplé en 10 ans ?

Le 24 novembre 2021, France Culture a consacré 7 minutes à la question : « pourquoi les démissions d’enseignants ont-elles triplé en 10 ans ? », dans l’émission LA QUESTION DU JOUR, par Guillaume Erner. Iannis Roder, professeur d’histoire-géographie en collège à Saint-Denis, directeur de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès, auteur de Prof, mission impossible ? (éditions de l’Aube), propose des facteurs d’explications : la confrontation au réel (transmettre n’est pas facile, et idéalisé a priori), l’usure terrible du métier (46% des enseignants ont déjà fait un burn-out professionnel, ce qui est énorme), la difficulté de changer d’académie ou de poste, et le salaire (commencer à 1500€ nets avec un master 2…). Iannis Roder note aussi que la réforme de la formation initiale de la masterisation, portée par Nicolas Sarkozy en 2011, a créé un basculement, depuis lequel la situation s’est dégradée brutalement.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/pourquoi-les-demissions-d-enseignants-ont-elles-triple-en-10-ans

Les démissions d’enseignants sont aussi courantes, voire plus courantes ailleurs en Europe : l’harmonisation sur la masterisation s’est faite à l’échelle européenne et a fait mal partout. Elle a aussi, par ailleurs, éloigné les classes populaires du métier d’enseignant, à cause du coût des études. Et peu-être du coup le « choc culturel » est-il accru pour les lauréats actuels du concours.

Mais en attendant, cela ne change rien : on nous tape publiquement dessus, à coup de trop de vacances, à coup de pas assez d’heures, d’une façon tellement imbécile qu’elle en est écoeurante. Se sentir méprisés ainsi ne peut pas non plus redonner de l’énergie aux enseignants épuisés.

Site du blogIntégralité de l’article

Bye Bye FB

J’ai aujourd’hui supprimé mon compte Facebook : je m’en servais pour afficher mes articles de blog, mais je me suis aperçue que la bascule du blog vers Facebook ne fonctionnait plus, et en plus j’étais bloquée parce que l’article sur la Cour de Comptes était qualifié d’inapproprié (ainsi que l’article sur l’horloge de Fibonacci). Alors j’ai fait simple : couic.

C’est n’importe quoi, franchement.

Pour moi, cela ne changera rien : je n’allais jamais sur Facebook. Je suis désolée si certains lecteurs ne peuvent plus avoir accès comme d’habitude à mes articles, mais je n’aime pas du tout cette étiquette de contenus inappropriés.

Site du blogIntégralité de l’article

Petit exo, grandes réflexions

Aujourd’hui, j’ai eu mes sixièmes, chacune deux heures (pas à la suite). Nous avons corrigé un exercice du manuel Dimensions : le 9 page 211, sur les droites, demi-droites, segments, sur l’appartenance, l’alignement. Avec une de mes classes, j’ai renvoyé la correction à la deuxième heure car j’étais juste pour la mener tranquillement et que beaucoup m’avaient dit avoir été en difficulté, voire en échec face à cet exercice. J’ai eu raison : ce « petit exo » nous a pris un temps considérable, mais pour la bonne cause : nous avons pu aborder du conceptuel, et des éléments de langage très importants.

Alors j’en ai fait une petite vidéo. La voici !

Je crois qu’un des défaut que j’apprends à combattre, avec l’expérience, c’est la précipitation : peu m’importe de consacrer une demi-heure à une correction d’un exercice qui, en le donnant, m’avait sans doute paru un support de réactivation. Puisque nous avons creusé profond dans la compréhension, puisque nous avons verbalisé, qu’une majorité d’élèves se sont exprimés, mes objectifs sont atteints : nous avons vraiment fait des maths. L’activité mathématique, ce n’est pas cravacher pour défiler les exercices. C’est du fait-main, et comme tout artisanat, cela prend du temps et parfois il faut s’y reprendre. Alors ça ne se voit pas sur le cahier de textes, et alors ?

En tout cas, j’adore être surprise et que mes élèves me permettent d’aller au fond des choses, m’ouvrent leur pensée mathématique. Et c’est un bel exercice, bien conçu. Bravo aux auteurs.

Site du blogIntégralité de l’article

Jojo Maths

Une des élèves-mathmitons a terminé notre bonhomme de neige doublement icosaédrique, coiffé d’un prisme droit à base hexagonale lui-même posé sur un hexagone. Avec une belle persévérance, elle a enroulé le corps du bonhomme, puis nous avons, selon ses directives, découpé au cutter circulaire boutons, yeux et bouche. Le résultat est épatant. Une cogitation collective a baptisé notre bonhomme Jojo Maths. Ca lui va hyper bien, Jojo Maths. Voyez plutôt :

Ce petit air déjanté mais curieux, ce sourire irrésistible, ces si beaux icosaèdres, ces couleurs pétaradantes… Il ne lui manque plus que son écharpe, qu’une grand-mère d’élève va nous confectionner si elle a le temps ; sinon j’en tricoterai une.

Belle réalisation collective, en tout cas, achevée de main de maître par une bricoleuse née.

Site du blogIntégralité de l’article

Les profs moins absents que les salariés du privés

Sur cet excellent blog, j’ai lu cet article :

Tiens donc. Voilà qui fait du bien, qui rétablit la vérité. Notez que je n’attaque absolument pas les salariés du privé pour leurs absences, qui doivent être justifiées ; mais bon, faut arrêter de nous taper dessus à tort et à travers. Pour ma part, je suis en effet absente de façon régulière : pour des formations que j’anime, pour faire passer le CAPES, aussi, et pour des formations dont je bénéficie en tant que stagiaire. Tout cela fait partie de notre développement professionnel : j’ai besoin d’aller plus loin, d’apprendre, d’évoluer, de me transformer, de diffuser, pour moi, mes élèves et les collègues qui en ont envie. Je me refuse à y renoncer, sous prétexte que l’Education Nationale ne nous remplace pas lorsque nous sommes absents pour raisons administratives. Je rattrape toutes les heures manquées de mon fait, mais pas les autres : j’estime ne pas avoir à payer de ma santé et de mon équilibre mon développement professionnel. Ce serait double tâche pour simple salaire, pas mirobolant en prime.

Voilà, zut.

Par ailleurs ce rapport dit bien d’autres choses qui montrent qu’en effet la Cour de Comptes méprise les enseignants. J’ai beau avoir l’habitude, je ne m’habitue pas.

Site du blogIntégralité de l’article

Le jeu de la vie, par Arte

Sur Arte, il y a tout un tas de vidéos sur les maths, autour des maths, avec des maths, et je n’avais pas encore eu le temps d’en visionner une seule. Jusqu’à ce soir : je viens de regarder la vidéo sur le jeu de la vie, et c’est vraiment chouette. Je vous la conseille, et je vais la montrer à certains de mes mathmitons, que je pense cela intéressera.

Site du blogIntégralité de l’article

Une petite merveille géométrographique

Une collègue avait attiré mon attention sur ce très bel album ; une photo de pages m’avait donné envie de construire une séquence de cycle 3 à partir de ses illustrations ; mais je crois bien que Le grand atlas géo-graphique, l’album de Regina Giménez, édité chez Rue du Monde, va me fournir la matière à plus d’une séquence, et pas seulement en cycle 3. D’ailleurs actuellement mon mari, prof d’histoire-géo et coordo Ulis, est en train de le feuilleter, et lui aussi est conquis.

Voici un petit avant-goût, qui va sans aucun doute se transformer en un beau projet, que je ne manquerai pas de décrire ici (mais pas avant les vacances de fin d’année) :

Magnifique, motivant, inspirant : bravo à l’auteure et l’éditeur !

Site du blogIntégralité de l’article

Duuuuuur

Mais qu’elle est difficile, cette période ! Mes classes sont vraiment sympa, nous avançons bien, je suis débordée de façon normale. Mais pourtant, ce matin, plantée à 7h20 devant la grille fermée du collège en attendant l’ouverture, sous la pluie, en train de repasser ce que je ne devais pas oublier et comment faire pour être prête pour une visio de l’après-midi, j’avais surtout envie de chocolat chaud, de chamallows et d’une couette.

Et puis la grille s’est ouverte et envolées, les aspirations chocolatées et les envies de guimauve. A la place, angles, calcul littéral, pourcentages et bilans du trimestre, et c’était très bien.

Mais quand même, j’avais besoin d’un grain de folie. Alors demain on se fait un grand coup de calendrier de l’avant les vacances, on commence à fabriquer un mega bonhomme de neige et on se lance dans les fractales pour aller vers les flocons. Avec dedans des puissances pour calculer des aires et des périmètres en faisant tendre le nombre d’étapes vers l’infini.

Parce que s’amuser c’est bien, mais en faisant des maths, et pas au rabais, non mais ho hé.

Site du blogIntégralité de l’article